Comment bien choisir une ruche pour abeilles

Vous avez en tête l’idée de devenir apiculteur, mais vous n’avez aucune idée de la ruche qu’il vous faut pour bien commencer l’élevage d’abeilles ? Si vous souhaitez pouvoir récolter du miel ou tout simplement contribuer à la préservation des abeilles, voici quelques conseils afin de choisir la meilleure ruche du moment à coup sûr !

meilleure ruche pour abeilles

Pourquoi installer une ruche chez soi ?

Comme des milliers de français, vous avez fortement envie d’installer une ou plusieurs ruches chez vous. En 2018 on recense plus de 1,5 millions de ruches sur tout le pays, un engouement qui s’explique pour plusieurs raisons :

  • Le plaisir de récolter son propre miel, de le consommer, ou de lancer une petite production locale
  • Pouvoir récolter de la propolis, qui possède de nombreuses vertus médicinales, ainsi que du pollen.
  • Améliorer très nettement la pollinisation de son jardin afin de permettre aux plantes de se reproduire facilement
  • Pour contribuer à la sauvegarde des abeilles, des insectes très sensibles auxquels il faut prêter la plus grande attention
  • Pour être auto-suffisant en addition d’un potager ou d’un petit élevage pour vivre de ses propres récoltes de façon autonome

Les meilleures ruches pour abeilles à installer chez soi

Bien se décider entre tous les types de ruches

ruche abeillePour bien choisir la ruche que vous allez installer dans votre jardin, il faut tout d’abord connaitre les différents types de ruches qui existent. Toutes n’ont pas la même forme et ne sont pas aussi faciles à appréhender et à prendre en main.

Chaque ruche présente des caractéristiques propres et n’est pas forcément dédié à la récolte de miel. C’est le cas par exemple des ruches dites pédagogiques que l’on peut voir dans les écoles, mais aussi des ruches de biodiversité qui servent uniquement à simuler un habitat naturel pour les abeilles et ainsi participer à leur préservation.

Si vous souhaitez devenir apiculteur à domicile, produire et récolter votre miel 100% bio, vous devez vous équiper d’une ou plusieurs ruches de production. Il en existe bon nombre, nous allons nous attarder sur les 4 plus connues.

La ruche Dadant

ruche dadantIl s’agit du modèle le plus courant que vous trouverez chez des apiculteurs. Mise au point dans les années 1870 par Charles Dadant, un fabricant de cire gaufrée, ce type de ruche s’est vite imposé comme étant une référence en matière d’élevage d’abeilles et de récolte de miel.

Cette ruche simple et robuste a l’avantage d’être la plus facile en termes de récolte de miel, d’où son fort succès partout sur le globe. Elle se matérialise par une grosse caisse en bois (souvent du pin) à toit plat sur laquelle sont empilés plusieurs niveaux appelés « hausses ».

Sur cette ruche, considérée comme beaucoup comme la meilleure ruche, tout a été pensé pour rendre les choses vraiment très simples, du nourrissage des abeilles en période hivernale grâce à une ouverture sur le couvre-cadre en passant par l’empilement ingénieux de 10 cadres (voir 12 selon les modèles) facilement accessibles. La ruche Dadant est la plus adaptée aux débutants et convient également tout à fait aux confirmés. Avec du matériel de ce type vous serez susceptibles de récolter jusqu’à 40 kilos de miel.

La ruche Langstroth

ruche langstrothVoici le second modèle le plus populaire chez les apiculteurs : La ruche Langstroth. Assez similaire à la ruche Dadant, ce modèle a été diffusé dans les années 1850 par le pasteur Lorenzo Lorraine Langstroth. Cette ruche prône la notion de « bee space », en d’autres mots donner de l’espace aux abeilles pour leur bon développement. Concrètement cela se matérialise par un jeu sur la taille des cavités car les abeilles produisent naturellement de la cire ou de la propolis afin de les combler. En optimisant l’aire, ce système optimise la circulation des abeilles au sein de la ruche.

Au niveau conception, la ruche Langstroth propose une division entièrement divisible en 3 parties : Deux corps avec chacun 10 cadres distincts et un fond amovible. Même si le petit nombre de hausses et sa légèreté aident grandement à la gestion des stocks, son utilisation n’est pas spécialement recommandée aux apiculteurs débutants. La manipulation d’une ruche Langstroth n’est pas spécialement aisée du fait de la hauteur des hausses, et alimenter une colonie d’abeilles en hiver est donc assez délicat en étant inexpérimenté avec ce modèle.

La ruche Warré

ruche warréVenons en maintenant à la ruche Warré. Si vous êtes débutants en apiculture, vous tenez avec ce modèle une ruche facile à prendre en main mais aussi très écologique. C’est Emile Warré, un religieux et apiculteur français, qui a mis au point cette ruche après de nombreuses recherches dans le but d’offrir aux abeilles un habitat aussi proche que possible du naturel.

De taille plus modeste que les autres modèles de ruches qu’on peut trouver, la ruche Warré à la particularité de ne comporter aucune hausse. Ici les éléments sont empilés les uns sur les autres et un nouveau vient se greffer aux anciens dès que la grappe commence à trop s’agrandir. Il n’est pas rare de voir une vitre en guise de face arrière d’un élément, ce qui rend l’élevage plus ludique et qui permet de mieux suivre l’évolution des abeilles.

Sur chacun des éléments de la ruche se trouvent au total 8 rayons qui sont au préalable bâtis sur des barrettes amorcées de cires. Le travail sur la Warré ne s’effectue pas au niveau des rayons mais directement sur un élément.

Il s’agit de la meilleure ruche pour débutant car tout a été pensé pour réduire les coûts d’exploitation et en faire une ruche ludique et pédagogique à la fois. La récolte du miel se fait facilement et sans extracteur. Les abeilles sont autonomes dans la construction des rayons, vous n’aurez donc pas à les déranger plus que ça. Et la paroi vitrée permettra aux petits comme aux grands d’observer les abeilles durant chaque phase.

La ruche Warré combine donc tous les éléments nécessaires au bon développement d’abeilles en bonne santé et avec de la place pour évoluer sans stress et sans agressivité.

La ruche Voirnot

ruche voirnotLe modèle Voirnot est une ruche verticale. Il s’agit du tout premier modèle fabriquer à l’aide de bois. Conçu par Jean-Baptiste Voirnot, abbé et apiculteur aguerri, cette ruche a été une formidable avancée dans l’élevage d’abeilles. Grâce à sa forme cubique et sa hauteur, les abeilles sont mieux protégées durant les périodes de froid et la chaleur est mieux répartie au sein de la ruche.

Peu répandue, la ruche Voirnot est souvent proposées dans un format non divisible qui peut rendre le travail plus compliqué. En effet les cadres peuvent être soudés par les abeilles aux parois de la ruche avec de la propolis. Déconseillée aux débutants, cette ruche permet néanmoins une belle productivité de miel et des économies de chauffages durant les hivers.

Où installer sa ruche ?

ruche jardinUne fois votre modèle de ruche choisi, il va falloir trouver le bon emplacement dans votre jardin pour l’accueillir. Tout d’abord il ne faut pas la placer trop près d’une habitation. Une ruche installée trop près de chez vous ou de vos voisins peut vite devenir insécuritaire, de surcroit en présence de jeunes enfants. Placer la ruche trop près d’une maison peut aussi considérablement augmenter le stress et l’agressivité chez les abeilles. Veillez donc à respecter une distance de sécurité et de bien être pour toute la colonie d’abeilles. Sachez aussi qu’il existe une distance légale à respecter entre le terrain de vos voisins et la ruche. N’hésitez pas à vous renseignez en mairie sur l’arrêté préfectoral correspondant.

Deuxièmement, votre ruche ne doit pas être installée en plein soleil. Si elle est exposée directement au rayons du soleil, les abeilles seront plus occupée à aller chercher de l’eau qu’à butiner des fleurs ce qui aura un impact direct sur votre production de miel. Préférez un endroit légèrement ombragé mais prenant quand même la lumière. La positionner à quelques mètres d’un arbre est parfait car pendant la journée les branches créeront un jeu d’ombre qui préservera la ruche des fortes chaleurs. La ruche doit être placée à un endroit qui la protège des extremums de températures. Si le chaud extrême n’est pas bon, il en va de même pour le froid. Il ne faut pas placer la ruche à un endroit qui ne dégèle jamais en hiver. Pour maintenir une bonne température dans la ruche elle devront consommer plus de réserve et encore une fois c’est votre production qui en pâtira directement.

Budget à prévoir pour choisir une ruche

bien choisir une ruche

Le prix d’une ruche varie en fonction de plusieurs éléments. Tout d’abord la type de ruche. Là où une ruche Warré est très accessible à partir d’une trentaine d’euros, un modèle Voirnot peut vite monter en prix jusqu’à près de 300 euros en fonction du nombre d’éléments et du fait qu’il soit déjà cirés ou non. On comprend mieux l’intérêt de bien s’informer avant de choisir un type de ruche. Si vous êtes apiculteur débutant, comptez une cinquantaine d’euros afin d’obtenir la meilleure ruche du moment, qui sera surement une Warré.

Vous pouvez tout à fait décider également de choisir une ruche d’occasion pour coller davantage à un petit budget. Pour les modèles d’occasion le mieux est d’aller voir directement un apiculteur professionnel afin de savoir s’il est en mesure de vous revendre une de ses anciennes ruches. Vous avez aussi la possibilité de construire vous-même votre ruche. Il faudra juste faire attention à la construire avec des essences de bois tolérées par les abeilles. Vous pouvez trouver des plans de ruches un peu partout sur Internet.

Autre critère qui influe sur le prix d’une ruche, l’essaim. Vous pouvez décider de l’acheter en même temps que la ruche. Le prix d’un essaim tourne en moyenne à 150 euros et vous sera livré avec une reine, plusieurs cadres de couvains, 1 ou 2 cadres à miel et pollen, et aussi des cadres gaufrés en cire.

Dernière mise à jour le 2019-08-22